Lutte contre le frelon asiatique

frelon-asiatique

Historique

Le frelon asiatique est arrivé en France, à Bordeaux, au début des années 2000, probablement dans des poteries de provenance de Chine; une seule fondatrice, fécondée par trois mâles. En 2014, toute la France est touchée, et les pays frontaliers sont atteints.

Dans le Morbihan :

  • arrivée entre 2010 et 2011, 
  • fin 2012, 63 nids découverts,
  • fin 2013, 235 nids recensés sur 109 communes, et 20 communes avec frelons sans découverte de nids, soit présence sur 129 communes... et 50% du territoire touché
  • fin octobre 2014 : 1124 nids déclarés détruits... vraisemblablement plusieurs milliers de nids actifs... 100% du département touché, y compris Belle-Ile.

En 2014, plusieurs nids détruits à Larmor-Baden, et dans toutes les communes environnantes (200 nids détruits à Pénestin). Le frelon asiatique est partout !                        

  • en 2015, le nombre de nids détruits et déclarés est d'environ 3000, dont 150 à Vannes.

 

En 2016, le nombre de nids primaires recensés et détruits et de 925. Le nombre de nids secondaires recensés s'élève à 5062, pour 4143 détruits (soit 82% des nids secondaires recensés). Vannes compte 250 nids en 2016, soit une évolution multipliée par 1.8, par rapport à 2015 (c'est-à-dire 7.74 nids au km²). Nous pouvons citer une commune voisine : Plougoumelen qui a recensé 9 nids en 2016, soit une évolution multipliée par 1.5 par rapport à 2015, et qui équivaut à 0.42 nids au km².

> Jetez un coup d'oeil au bilan 2016 (extrait) du frelon asiatique au sein du Morbihan, en cliquant ici.

 

Comment le reconnaître ?

frelon asiatique reduit         2frelons

De taille un peu plus petite que le frelon commun, on le distingue en particulier par l'extrémité jaune de ses pattes, et le dernier segment de l'abdomen de couleur jaune orangé. Dans son comportement, on peut remarquer son vol stationnaire (qu'il utilise en particulier pour se poster devant une ruche).
Et contrairement au frelon commun, il rentre dans son nid avant la nuit.

pdf-picto


Fiche d'identification éditée par le Museum National d'Histoire Naturelle

 

 

Où trouve t-on les nids ?


Nids primaires

nid primaire

Au printemps, éveil des fondatrices et ébauche des nids fin mars; la fondatrice construit seule son nid, jusqu'à fin mai-fin juin.

De taille de 3 à 5 cm, il est souvent très proche des habitations. En effet il ne résiste pas aux intempéries, et il n'est pas rare de le trouver sous un auvent, abri de jardin, hangar, nichoir, grenier, coffret EDF...

Au début de la construction, il a la taille d'un oeuf de poule avec l'orifice d'entrée placé en bas, et seule la reine est présente et très active. Elle doit s'alimenter, aller chercher les matériaux pour agrandir le nid, le tout dans la journée car c'est un animal diurne.
Sa destruction à ce stade est importante, et possible pour un particulier, en attendant impérativement le soir afin d'éliminer la reine, toute destruction dans la journée en l'absence de la reine étant une erreur.  
En effet celle-ci reconstruira rapidement un autre nid primaire, qui donnera quelques mois après un gros nid pouvant habiter des milliers de frelons.

   

 Nids secondaires

Situés du sol (exemples : massifs de plantes, abri bois, grenier ouvert, garage...) à la cime des arbres, les plus gros lâchent jusqu'à 550 reines fondatrices.
Construits en juillet par les ouvrières, les nids primaires étant progressivement abandonnés, ils sont développés pendant l'été, en même temps que se développe la prédation.
Malgré leur taille (jusqu'à 1,20 m de hauteur), ces nids sont difficilement détectables, le calme et la sécurité étant recherchés par les frelons. Si les nids sont souvent détectés dans les arbres à la chute des feuilles, ils peuvent être localisés à toutes hauteurs, y compris dans le sol; 30% des nids sont dans des bâtiments.

A l'automne, prédation forte, naissance et migration des futures fondatrices. Aux premières gelées, les nids commencent à être abandonnés, et mort des ouvrières et des mâles; les futures reproductrices et les ouvrières de forte taille recherchent des lieux d'hibernage.
En hiver, les nids sont désertés, les femelles fondatrices se logent dans des tas de bois, des murs...seules ou parfois rassemblées. Les nids se détruisent progressivement. 

nid secondairenid secondaire2Nids secondaires

 

Que faire en cas de découverte d'un nid ?

Un nid primaire peut être détruit par un particulier, car ne contenant qu'un seul frelon, en prenant des précautions : une fois la nuit venue, ou peut écraser énergiquement le nid avec un objet contondant, ou à l'aide d'un sachet l'enfermer rapidement et le décrocher, en prenant bien soin de fermer le tout et de le détruire.
On peut également utliser un insecticide. Cependant, si vous n'êtes pas sûr de pouvoir mener à bien cette opération, n'hésitez pas à contacter votre mairie, ou un apiculteur.

Par contre, il ne faut pas toucher un nid secondaire, et il est nécessaire de faire appel à un prestataire spécialisé pour sa destruction, sachant toutefois :
- qu'ils ne sont jamais réutilisés par les frelons l'année suivante,
- que cela ne sert à rien de les détruire à partir du mois de novembre. 

La première action à mener est de contacter l'accueil de la mairie, qui alertera le référent désigné pour la commune (Gilles Le Pelvé, responsable des services techniques).
A noter que la décision de destruction et les coûts de mise en oeuvre incombent au propriétaire du fonds sur lequel se trouve le nid, mais le département et l'agglomération sont impliqués dans cette lutte contre le frelon asiatique et apportent une aide financière.
C'est ainsi qu'en 2015, du 1er mai au 15 novembre, chacune des deux entités (Conseil départemental et Vannes Agglo) remboursait 50% des frais engagés par les particuliers auprès des entreprises spécialisées, plafonnés en fonction de la hauteur du nid:
- moins de 8m : 110€
- de 8 à 20m : 140€
- plus de 20m : 200€
- plus de 15m avec nacelle : 400€
En 2016, l'aide de Vannes Agglo est reconduite du 1er mai au 15 novembre, avec une subvention à hauteur de 50%, suivant un référentiel de prix dépendants de la hauteur : notice Vannes Agglo

Le particulier peut ainsi être partiellement remboursé; il est important de consulter des entreprises sérieuses, et de ne pas accepter des devis abusifs. Le référent de la mairie est là pour aider les particuliers, dans le cadre d'une procédure définie, précisée ci-après :
        Lorsqu’un particulier pense avoir un nid de frelon dans son jardin, il doit se mettre en relation avec l’accueil de la mairie ( 02 97 57 05 38). Suite à cet appel,  le référent sera alerté afin qu'il se rende sur place pour constater. S’il s’agit effectivement d’un nid de frelons, le référent, après avoir estimé la hauteur du nid, remplira une attestation avec toutes les coordonnées du particulier  et proposera  à celui-ci une liste des entreprises agréées pour ce type d’intervention. Une fois le nid détruit, le particulier rappellera le référent qui viendra vérifier la bonne exécution de la destruction. Il remettra à ce moment- là une attestation au particulier. Cette attestation lui permettra de demander un remboursement à Vannes Agglo.


Liens avec sites Internet :  liste FDGDON des désinsectiseurs

                                      

 


Biologie du frelon asiatique

Besoins de :
- protéines fraîches pour les larves : viande, poisson, coquillages, insectes, cadavres ; 80 à 90% d'abeilles en zone urbaine, et 30 à 40% en zone rurale
- eau et bois pour la construction des nids,
- sucre pour les adultes : nectar, miel, sève, miellat des pucerons, pulpe de fruit

Où trouver le nectar et les protéines ?
- au printemps et en été sur les fleurs,
- à l'automne dans les ruches, nids de guêpes, fruits, fleurs...

frelon sur fleur         frelon-asiatique-devorant-une-abeille 1

Frelon sur fleur de camélia                                       Frelon dévorant une abeille

Le frelon est ainsi un redoutable prédateur d'insectes, qui ne connaît lui-même pas de prédateur en Europe, d'où un développement exponentiel depuis 10 ans en France.

 

 

Quels sont les dangers ?

Depuis l'arrivée du frelon asiatique, espèce envahissante, l'environnement des insectes pollinisateurs change rapidement. Il y a déséquilibre.
Si l'on ne fait rien, c'est l'environnement de l'Homme qui va changer :

  • danger pour les particuliers dans leur jardin et dans la nature, même si le frelon asiatique n'attaque que s'il se sent menacé.
    Par exemple, en Gironde, 4 morts en 2012, après une série de 9 morts sur 3 années.
  • danger pour les professionnels des espaces verts et agriculteurs.
  • danger pour la faune et la flore; quelques chiffres :
    • pour fournir les 500g de protéines nécessaires pour nourrir chaque jour un nid de 70cm, il faut 15000 abeilles,
    • 3 à 5 frelons chassant en permanence devant une ruche vont tuer 3600 abeilles en moyenne par jour, et la survie des 20000 à 40000 abeilles d'une ruche en fin d'été n'excédera pas 10 jours,
    • s'il y a 22 frelons dans un nid de 10cm en mai, ils seront 2000 en septembre dans le nid faisant alors 50cm, et probablement 20000 en octobre dans le nid faisant 1,20m,
    • pour une hypothèse de 3000 nids dans le Morbihan en 2014 et 2015, ce sont 18 milliards d'insectes qui ont été dévorés...

Les frelons, outre les abeilles, mangent des chenilles, papillons, guêpes, mouches et autres insectes, et aussi les araignées. Sans insecte pollinisateur, disparition des plantes entomophiles (saule, chataignier...).
Si les insectes disparaissent, leurs prédateurs, oiseaux, batraciens, reptiles, disparaissent également. Une équipe de chercheurs néerlandais considère que les abeilles, domestiques et sauvages, et les autres pollinisateurs, assurent 70 à 80% de la reproduction des plantes à fleurs, et que 70% des cultures (fruits, légumes...) en dépendent très fortement. 


Comment lutter efficacement contre le frelon asiatique ?

Les expériences faites dans des communes du sud-ouest montrent très clairement qu'il faut combiner la destruction des nids et le piégeage. Une lutte efficace passe donc par :

  • le piégeage des futures fondatrices au printemps et à l'automne,
  • la recherche et la destruction de tous les nids d'avril à novembre.

 

Afin de lutter contre le frelon asiatique, la FDGDON (Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles) a publié un guide complet sur les différentes méthodes de capture et d'éradication de cette espèce nuisible.
Vous pouvez accéder au document, en cliquant ici.


Les pièges

Il en existe plusieurs, de formes différentes, fabriqués avec des matériaux de récupération ou vendus tout prêts, ou modifiés pour être adaptés au frelon asiatique. Si aucun piège n'est sélectif à 100%, quelques règles sont à appliquer, pour attraper essentiellement des frelons asiatiques :

  • les insectes fuyant l'odeur d'alcool et celle du frelon asiatique, il faut toujours en laisser à l'intérieur du piège,
  • choisir le bon appât :
    • 80% de sirop de fraise + 10% d'alcool (Picon...) + 10% de bière ... et les variantes en fonction du contenu de vos placards, mais toujours avec une base fortement sucrée, qui attire le frelon, et de l'alcool, qui écarte les autres insectes.
    • vider le piège toutes les deux semaines (avant l'arrivée des mouches).
  • choisir les bons emplacements :
    • ruchers, arbres fruitiers, composteurs, arbres en fleurs au printemps,
    • emplacements d'anciens nids, lieux de stockage de matériel apicole,
    • hauteur entre 1 et 2m.
  • choisir les bons pièges : cloches et bouteilles coupées.


Conclusion

L'invasion par le frelon asiatique est un vrai problème de société, qui nous concerne tous, et c'est par l'action de tous que cette invasion pourra être réversible.
Le nombre de frelons présents sur les ruches a diminué dans les communes qui ont piègé au printemps (sauf dans les villes importantes où il est en croissance).  
L'inspection, surtout au printemps, de tous les abris de jardin, garages, granges, hangars... pour identifier les nids et les détruire doit devenir un réflexe.
Et chacun doit fabriquer et installer des pièges, de façon à mailler la commune avec un maximum de pièges...

enfin, n'hésitons pas à communiquer sur ce sujet, en convainquant nos voisins, amis, parents, de l'intérêt commun de cette lutte... et pourquoi pas en leur offrant des pièges-bouteilles de fabrication "maison" ?


Remerciements

L'essentiel des informations et documents de cet article nous a été fourni par Christian MORIO, apiculteur amateur de Larmor-Baden.
Lui-même très concerné par ce sujet, ses ruches étant victimes des attaques du frelon asiatique, il a acquis une grande expertise, et peut apporter ses conseils; contact par mail : christianmorio@wanadoo.fr
Nous le remercions vivement pour l'aide qu'il nous a fournie.


Liens utiles

Un certain nombre de sites Internet traitent ce sujet; parmi ceux-ci, quelques uns sont particulièrement bien documentés :

AAAFA - Association Action Anti-Frelon Asiatique

Site spécialisé pour apiculteurs altigoo.com

Les Horaires d’ouverture de la Mairie

  • MARDI - MERCREDI - JEUDI : 8H30 - 12H30
  • VENDREDI : 8H30 - 12H30 et de 14H à 16H30
  • SAMEDI : 9H00 - 12H00

Horaires standard téléphonique : 02 97 57 05 38

  • Vous pouvez contacter l'accueil de la Mairie sur les plages horaires ci-dessous :
  • LUNDI : 8H30 - 12H30
  • MARDI : 8H30 - 12H30 et de 14H à 16H30
  • MERCREDI : 8H30 - 12H30
  • JEUDI : 8H30 - 12H30 et de 14H à 16H30
  • VENDREDI : 8H30 - 12H30 et de 14H à 16H30
  • SAMEDI : 9H00 - 12H00